Autres voyages

Deux semaines de voyage au Québec – Canada

Le 5 juin 2017, Anthony, un ami de longue date et moi même sommes  partis en voyage au Québec, la région francophone du Canada. Notre objectif : visiter la ville et les parcs nationaux de la région. Pour cela, j’ai emporté dans mon sac à dos une liste de matériel similaire à ma liste de matériel pour vélo. Antho lui, avait choisi une (grosse) valise 😉

Notre voyage était assez peu préparé. Bon ok, pas du tout … Quelques ami(e)s avaient déjà fait ce voyage et m’ont conseillé un parcours assez classique : partir de Montréal et remonter vers le nord du Québec en parcourant quelques villes. Nous avons donc acheté nos billets d’avion assez tôt (430 € / personne aller-retour, départ de Paris Charles-De-Gaulle), réservé un airbnb pour les 3 premières nuits à Montréal et une autre nuit pour le retour. J’avais également réservé une voiture entre particuliers afin de limiter les coûts. La voiture était nécessaire pour nous déplacer dans tout le Québec, du 8 au 18 juin. Je suis passé par turo.com, nous avons loué une Toyota Yaris et c’était très abordable.

parc-national-mauricie

Nous avions également un guide sur cette partie du Canada … que nous n’avons pas ouvert avant le départ. Super organisation n’est-ce pas ? 😉

En plus de tout cela, je suis blessé à la cheville depuis plus de 2 mois. J’ai cumulé atèles et autres béquilles, avec une tripoté de médicaments aux effets plus qu’incertains. Comment va donc se passer notre voyage en nouvelle France ?

Arrivée à Montréal

Après quelques heures d’attente et de sympathiques retrouvailles entre amis (Anthony vit à Montpellier et moi à Nantes), nous voilà dans l’avion. C’est parti pour 7h40 de vol ! C’est une première pour moi, qui ai beaucoup voyagé en France et dans quelques villes Européennes, mais je ne suis pas habitué à des vols aussi longs. J’arrive néanmoins à m’occuper grâce aux quelques films disponibles sur la tablette de l’avion et nous atterrissons à l’aéroport de Montréal Pierre Elliott Trudeau (le père de l’actuel premier ministre Canadien).

Le passage à la douane Canadienne se passe bien et je n’ai même pas à déclarer la tonne de médicaments surpuissants que je transporte avec moi. Même pas de chien renifleur pour venir me sniffer le sac à dos, cool 😀

Direction le bus aéroport, il nous faut rejoindre rapidement notre appartement dans Montréal. En effet, il est déjà très tard en France et le décalage horaire se fait ressentir !

2 jours pour visiter Montréal

Le lendemain, réveil à l’aube (jet lag oblige). Nous filons acheter nos « passeports MTL », ces pass qui coûtent une centaine de $CAD et qui permettent de visiter une vingtaine de lieux intéressants dans cette grande ville, tout en donnant un accès au métro.

Nous commençons par grimper quelques étages (avec l’ascenseur bien sur 😉 ) pour admirer le point de vue de la ville. Il ne fait pas beau mais la vue est tout de même intéressante. On remarque assez vite le contraste entre les grandes tours dans l’hyper-centre et les zones résidentielles à quelques centaines de mètres de là. Au loin, le Mont-Royal, véritable poumon-vert de la ville, donne un aspect très « ville moyenne » à cette mégalopole de 1 700 000 habitants. Autre constat intéressant, certains aspects de Montréal font très « Américain » (signalisations, routes, building, etc.) alors que d’autres nous rappellent clairement le vieux continent (petite maison résidentielles, etc.).

canada-montreal-eglise
canada-montreal-vue
canada-montreal-vue2
canada-montreal-vue3
Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

Après un repas rapide, nous nous rendons au musée Grévin de Montréal. Rien de très typique ici, mais c’était sur notre route, les entrées étaient gratuites avec notre pass et cela nous à fait bien rire 😉

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

Direction le « Biodôme de Montréal, l’espace pour la vie » que je conseille à tous ceux qui aiment voir des animaux. On y traverse de nombreux eco-systèmes de notre planète (Amazonie, océan, mais aussi faune locale).

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

L’après midi est déjà bien entamée, mais nous choisissons de faire une petite pause au planétarium « Rio Tinto Alcan » situé juste à coté. L’exposition est sympathique et les deux « spectacles vidéo » dans le dôme sont à voir. Attention, l’humour du guide y est plus que douteux, mais c’est à faire 😉

Le lendemain, nous choisissons de profiter du beau temps pour nous rendre au jardin botanique de Montréal, également situé dans « l’espace pour la vie ». Les serres végétales sont exquises tant les ambiances sont différentes entre chaque espace. L’extérieur est également très sympathique pour se balader voire pour pique niquer.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

Juste à coté, nous entrons dans l’insectarium. C’est le genre de lieux que j’affectionne particulièrement. Néanmoins, je reste sur ma faim puisque la plupart des insectes présentés étaient … morts. Mention spéciale tout de même à l’expo sur les fourmis Atta, ces fameuses fourmis Amazoniennes qui cultivent des champignons à partir de feuilles d’arbres. Et cette fois ci, elles étaient bel et bien vivantes !

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

En début d’après midi, nous rejoignons le vieux Montréal, un quartier très agréable de la ville où il fait bon se balader, même sous ces fortes chaleurs. Nous passons devant de nombreux bâtiments anciens (Montréal fête ses 375 ans ce mois ci) qui sont vraiment sympathiques.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

Nous prenons ensuite un bateau mouche pour naviguer pendant une heure sur le St-Laurent, ce fleuve qui traverse la ville. C’est l’occasion d’avoir un autre point de vue sur Montréal. Nous constatons également qu’il est plus facile de comprendre un Québécois qui parle Anglais plutôt qu’un Québécois qui parle Français 😉

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

Nous rejoignons ensuite un ami qui vit sur place depuis quelques mois afin de goûter ma première poutine, cette spécialité locale à base de frites, de fromage et de sauce brune (végétarienne pour moi SVP 😉 ). La soirée se termine dans un pub d’une rue animée autour de quelques bonnes bières locales. En effet, la région est réputée pour abritée de nombreuses micro-brasseries. Ici, on trouve assez peu de vin (des vins étrangers) et leurs prix sont bien moins abordables que les bières.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

Le lendemain matin, nous devons récupérer la voiture que nous avons louée en dehors du centre ville. C’est une voiture automatique (jusqu’à là, pas de problème), mais il semble que les règles de conduite ne soient pas les mêmes qu’en France. La priorité à droite ? « Qu’est ce que c’est que ça ? » me demandera notre loueur. Fort heureusement pour moi (pour nous ?) Anthony assurera la conduite pendant toute la durée du séjour. J’ai bien essayé de lui proposer plusieurs fois de conduire (sans réelle conviction, je dois l’avouer), mais il semblerait que son instinct de survie lui imposait de conduire 😉

Une fois la voiture récupérée, direction les centres commerciaux pour faire les courses alimentaires pour une dizaine de jours. Il nous faut également des cartouches de gaz pour nos réchauds et quelques accessoires. Le compte est bon, nous pouvons décoller !

Direction la Mauricie… et ses moustiques

Nous sommes jeudi après midi, la voiture est pleine de nourriture et d’affaires encore à peu près bien rangées. Nous choisissons de rejoindre le parc national de La Mauricie, située à 2 heures de Montréal, vers le nord. Quelques kilomètres après avoir quitté la ville, les sapins font leur apparition, de grands espaces verts, de plus en plus gigantesques s’affichent à l’horizon. Pas de doute, nous nous dirigeons bien vers la nature Canadienne …

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

La nature justement … Nous avons prévu de passer notre première nuit en tente dans un « camping » situé dans le parc. C’est une première depuis bien longtemps pour Anthony, et j’ai hâte d’arriver sur place.

Problème, à peine arrivés, nous tombons face à des hordes de moustiques et de mouches noires. Notre anti-moustique Français ne semble pas efficace pour un sous… ni l’anti-moustique local acheté il y a quelques minutes. C’est bizarre d’ailleurs, la plupart des gens que nous croisons portent une moustiquaire sur la tête. Tiens … il semblerait que du 5 au 25 juin, ce soit la pire période pour les moustiques…. On nous dit également que les inondations des dernières semaines ont amplifié le phénomène.

Alors, je sais ce que vous vous dites : « Oui bon, des moustiques et des mouches, ce n’est pas grave hein ». Oui oui, je suis d’accord. Mais ici, on parle de nuages entiers de moustiques qui ne veulent pas nous lâcher. Même lorsque l’on court vite. Les mouches noires se posent sur votre peau et commencent à la grignoter jusqu’à ce qu’une goutte de sang apparaissent. Ensuite, ça enfle, comme pour les moustiques. Alors imaginez ça en permanence, où que vous soyez … J’ai gardé les traces de ces gros boutons pendant près de 3 semaines 🙁

Une fois la tente montée, non sans de nombreuses piqûres, nous décidons d’aller nous balader un peu plus loin, pour voir si certaines zones sont épargnées. Les paysages sont magnifiques, des arbres et des lacs à perte de vue… et des nuages de mouches et de moustiques. Ils ne nous lâchent pas, nous piquent à travers les vêtements et le chapeau, cela en devient infernal. Sur le coude en 1 heure (et avec un pull), je compte plus de 15 piqûres ! Nous croisons tout de même un renard qui n’hésite pas à s’approcher, curieux. C’est une rencontre magnifique !

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

De retour à la tente, j’utilise toutes mes techniques de sioux. Je sais que la fumée éloigne les moustiques et je suis persuadé que l’on va passer une bonne soirée. Par excès de zèle, je décide même de rajouter régulièrement des feuilles et du bois vert pour augmenter la fumée de notre foyer. Les résultats ne sont malheureusement pas à la hauteur de nos espérances et nous allons nous coucher dans notre tente.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

Le réveil est difficile, puisque de l’autre coté de la moustiquaire, nous voyons des nuages de moustiques qui nous attendent… Nous ne pouvons pas prendre le petit-déjeuner ici ! En quelques secondes, nous « rangeons » l’ensemble de notre matériel dans la voiture pour trouver un endroit sans moustiques afin de ranger le coffre et de petit déjeuner tranquillement. Nous ne trouverons jamais cet endroit dans le parc de la Mauricie, les moustiques semblent occuper chaque parcelle de ce paradis végétal.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

Nous traversons donc le parc en voiture en nous arrêtant à chaque point de vue. Les moustiques ne nous épargnent pas et nous suivent jusqu’à dans la voiture, où il faut rouler les fenêtres ouvertes pour les faire partir.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

 

Changement de programme

Après quelques heures de voiture, nous arrivons à la ville de « Trois-rivières », située à quelques kilomètres du parc que nous venons de quitter. Le temps n’est pas au beau fixe puisque nous essuyons une averse … de grêle !

Direction l’office de tourisme de la ville que nous occuperons pendant près de 2h30 (merci à eux :D). Il nous faut nous adapter, changer notre programme. C’est un des enseignements du voyage : il ne faut pas rester borné sur des idées et il est nécessaire de s’adapter à la situation. Nous recherchons donc d’autres activités pour nous occuper pour les 10 jours restants. Le programme va donc être bousculé… 😉

Il est 16h, nous mourrons de faim. Notre coffre est plein de boite de conserve, nous décidons donc de les utiliser et de manger sur une jolie place de la ville de « Trois-Rivières », juste à coté d’un restaurant un peu huppé. Comment ça on fait tâche ?

Nous rejoignons notre airbnb réservé quelques minutes avant et nous rencontrons Patrick, un artiste qui vit avec son frère dans une jolie maison centenaire. C’est une très belle rencontre. Nous avons été ravis de parler longuement avec lui sur les différences et les points commun de notre langue et de notre mode de vie.

Le soir, Anthony et moi partons assister à un match de Baseball. Il s’agit, à priori, d’un beau match, puisque l’équipe locale joue contre l’équipe nationale de Cuba ! Nous n’avions jamais assisté à un match de Baseball auparavant et c’est assez spécial. J’ai l’impression que les gens viennent plus ici pour discuter entre amis que pour regarder le match. En effet, le match dure très longtemps et est ponctué d’animation et de mini jeu avec l’aide du public.

Après une bonne nuit de sommeil, nous reprenons la voiture pour nous rendre dans la ville de Quebec. Sur la route, nous nous faisons un petit pique nique agréable, sans aucun moustique! Avant de rejoindre notre logement (réservé également dans la journée 😉 ) nous continuons quelques kilomètres au nord afin de nous rendre sur l’ile d’Orléans, pour bénéficier d’un point de vue sur la ville de Quebec.

Le lendemain, direction le centre de Quebec City à pied (aie le pied !). C’est une ville que je trouve beaucoup plus « Américanisée » que Montréal. On y croise énormément de belles voitures ! Le contraste « USA / Europe » y est également très intéressant. Le centre ville  est assez ancien et la vielle ville a clairement des airs de villages Bretons / Normands. Il faut dire que ce sont eux qui se sont installés ici il y a plusieurs centaines d’années. L’histoire de la ville de Québec est très intéressante et je vous invite fortement à vous renseigner à ce sujet.

La chaleur est étouffante et il fait relativement lourd, mais la visite de la ville se fait plutôt rapidement. Je n’ai pas aimé certains aspects de la ville, mais en y repensant, je trouve que Québec City a tout de même beaucoup de charme. Cela doit être encore plus intéressant en hiver, avec les toits couverts de neige !

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

Après une nuit avec de fortes températures, nous quittons la ville de Québec pour rejoindre le village des Bergeronnes, à quelques kilomètres au nord de Tadoussac. C’est un endroit très réputé pour y abriter de nombreux mammifères marins. Ici, le Fleuve du St-Laurent est très large et est rempli à 90 % d’eau salée. La température y est très fraîche (nous passons d’un ressenti de 39 °C à Québec à moins de 8 °C de ressentie sur l’eau).

Nous embarquons donc sur un Zodiac avec 6 autres personnes dans l’espoir de croiser des baleines ! Nous aurons beaucoup de chance puisque, dès le début, nous suivons un « Petit Rorqual » en phase de plongée. Ce sont des animaux magnifiques, qui mesurent en moyenne 7 mètres. Plus tard, nous recroiserons d’autres individus de cette espèce d’un peu plus loin et en train de se nourrir de krill.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

Un peu plus tard, nous rencontrons également la route d’un phoque, des phoques du Groënland, des Marsouins (une sorte de dauphin) et de béluga, d’un blanc magnifique. Malheureusement, il est interdit d’approcher le béluga à moins de 400 m, nous ne distinguerons donc qu’une tache blanche remontant à la surface de manière sporadique. Je n’ai pas d’images à vous montrer de ces animaux , mais nous devrions en recevoir dans les semaines à venir (merci aux gens qui étaient avec nous :D).

Après cette fantastique balade de 2 heures en Zodiak sur le St-Laurent, nous reprenons notre voiture direction Saguenay afin d’y dormir. La soirée est à l’image de notre hôte, pas très agréable. Je crois me souvenir d’Anthony me disant qu’il préférait dormir avec les moustiques plutôt qu’avec notre hôte 😉

Le lendemain, nous devons rentrer à Montréal afin de préparer notre voyage sur New York. Hé oui, je vous avais dit qu’on avait bien changé nos plans 😉 Toute la journée, Anthony nous conduira donc de Saguenay vers Montréal où nous rejoignons l’appartement de Paul que je connais … de Nantes 😉 Il nous a gentiment proposé de nous accueillir pour la nuit. Après de bons burgers, nous allons prendre un verre en ville avec lui.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

Le lendemain, après avoir constaté une amende pour stationnement gênant (j’étais pourtant sur que nous pouvions nous garer là, et nous sommes les seuls à avoir eu une amende…) nous rapportons la voiture à Robert. En effet, avec notre départ à New York, nous n’en aurons plus besoin puisque nous rejoindrons la ville qui ne dort jamais , en bus de nuit.

Nous profitons de notre temps libre pour visiter des endroits que nous n’avions pas encore fait. Ainsi, nous décidons d’aller pique niquer et nous balader sur le Mont-Royal. C’est un endroit splendide où de nombreux Montréallais se réunissent pour pique-niquer ou passer du bon temps. En hiver, il est même possible de faire du patin à glace sur l’étang artificiel. Le point de vue sur Montréal y est également très sympathique.

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

De retour chez Paul, nous lui laissons nos gros sacs pour partir avec de simples petits sac à dos. Le départ du bus est à 23h45, nous nous rendons donc à la gare des bus après une soirée agréable avec Paul et ses colocataires.

==> Découvrez mon voyage à New York d’ici quelques jours <==

Retour à Montréal et départ

Après une nuit blanche à bord du bus, nous arrivons à Montréal à 5h du matin. Nous y croisons une ville complètement déserte alors que le soleil est déjà levé. C’est une ambiance très surprenante…

Nous ne récupérons notre appartement qu’en début d’après midi, nous devons donc nous occuper toute la matinée. Après avoir traversé le quartier gay de la ville (« le village ») nous tentons une sieste dans un parc avant de nous faire déloger par un vigile. Visiblement, on ne peut pas dormir ici 😀 Direction un Starbuck où nous attendrons jusqu’à 13h notre airbnb.

Après une sieste bien méritée, Anthony décide de profiter de la dernière soirée des Francofolies de Montréal et de ses concerts gratuits. Pour ma part, ce sera au lit à 21 h 😉

Arrow
Arrow
ArrowArrow
Slider

Le lendemain, jour du départ, nous profitons de la fraîcheur de la matinée pour nous balader en ville. Après quelques heures de repos, il est déjà l’heure de quitter le Canada, direction Paris puis nos villes respectives.

Bilan du voyage

Ce voyage m’aura appris plusieurs choses :

  • voyager à plusieurs peut avoir de nombreux avantages. Par exemple, lorsque nous avons choisi d’abandonner les parcs nationaux, Anthony a su me motiver pour trouver autre chose à faire, pour ne pas rester sur un échec. À deux, toutes les épreuves sont plus faciles à affronter et les mauvaises expériences peuvent vite tourner en franches rigolades et en bons souvenirs. À deux, il faudra également faire quelques concessions pour satisfaire tout le monde 🙂
  • être flexible, quoi qu’il arrive. C’est en effet quelque chose de nécessaire lorsque l’on ne voyage pas en tour opérateur 😉 Il arrivera toujours des imprévus pendant un voyage (qu’il soit préparé ou pas). À nous de nous adapter pour pouvoir en profiter.
  • la ville c’est bien … quelques jours, mais la nature a bien plus à nous offrir quand elle n’est pas trop hostile  😉

Ce voyage au Québec puis à New York aura été assez éprouvant mais très surprenant. Alors que mon pied m’annonçait de mauvais moment à passer, cela s’est relativement bien passé.

Je suis tout de même un peu déçu de ne pas avoir pu profiter des magnifiques paysages des parcs naturels Québécois.  Ce sera l’occasion d’y retourner dans quelques années, pourquoi pas pendant l’été indien.





  1. Anthony

    Très bien raconté, j’ai revécu le voyage jour par jour et j’ai bien rigolé en pensant à toutes les anecdotes 😉
    Let’s Go Alex.

Laisser un commentaire



Thème crée par Anders Norén


Mentions légales - Contactez-moi - Publicité